Atelier | Méditation & Vie Quotidienne

Au programme : 

 

-Méditation & pratique régulière 

-Méditation & Conscience de soi, de son corps et de son esprit

-Méditation & Concentration

-Méditation & Moment Présent

Sommaire

Voici le texte complet de cet atelier, sur le thème de la méditation et de la vie quotidienne :

 

Notre thème d’aujourd’hui, je l’ai appelé méditation conscience et connaissance de soi, c’est de comprendre quel est l’objectif final de nos techniques. Vous savez qu’on cherche à atteindre l’état de méditation, mais qu’est ce que ça veut dire? Atteindre l’état de méditation et comment ça se traduit au quotidien, donc on va beaucoup discuter ensemble aujourd’hui du lien entre les techniques et votre quotidien. Comment les techniques peuvent vous aider à transformer les choses dans votre quotidien ? Et comment la façon dont vous vivez au quotidien va avoir un impact sur votre ressenti des techniques ? C’est notre sujet dans les deux sens de la pratique amener dans le quotidien et le quotidien qui a un impact sur la façon dont vous allez ressentir les choses. Donc, dans ce sens là, à nouveau, mon objectif aujourd’hui, c’est que ce soit le plus personnel possible, on est une dizaine aujourd’hui dans cet atelier. 

Retour d'expérience

Pour ceux qui ont déjà un certain nombre de cours, ce que vous avez déjà observé ? C’est le lien entre la pratique quotidienne des choses qui se sont transformées ? “Il y a une posture active qui consiste à respirer et à être conscient de l’instant pour en parler. On est dans quelque chose de bon à vivre, pleinement positif ou en tout cas, tu fais le lien entre les deux, entre respirations et le fait de ressentir ce moment présent”. Valério voit les révolutions qui débutent. Ce n’est pas encore assez, les impacts que cela peut avoir dans son quotidien, mais ce qu’il vit déjà, c’est le fait d’être attentif à sa respiration et, grâce à cette attention à la respiration, d’avoir un vécu de l’instant présent ou une valorisation de l’instant présent plus forte pour les autres. Vous avez des remarques ?

 

“De ce dont je me souviens, parce que c’est encore trop tôt pour cette reprise. Pour en parler. Mais à l’époque, au-delà de l’aspect énergie, santé, fluidité au-dessus de tout, tout circulait bien. Il y a un truc, ça paraît bête, mais je trouve qu’on avait l’air tous plus beaux quand on pratiqué”

 

Quand on se sent bien, de manière générale, on irradie plus de choses, on transmet quelque chose de plus agréable, sans aucun doute.

 

“Moi, j’ai eu deux remarques et pour rejoindre la scène, quand je pratique à la maison, il y a un peu, beaucoup de monde. Mais si j’avais même isolé moment, je sors de ma pratique faire la remarque que je vais être plus détendue, mais qui avait quelque chose de différent. Et l’expérience que j’ai faite cette semaine la semaine dernière, j’étais très prise de la gorge et j’avais énormément de rendez vous. Je devais prendre les transports en commun et c’en était devenu une angoisse. C’était vraiment une appréhension de tousser. Quand ça gratte la gorge et que c’est l’enfer. Je me suis retrouvé coincé chez moi. Pas comme si j’avais masqué tout. Et je pensais Mais qu’est ce que j’ai et qu’est ce que j’ai ?

 

Parce que si je mets ce mercredi parle bien fort, car en si peu de temps, je me suis souvenu. Je fais la respiration, je respire très lentement, je me concentre.

 

D’abord, je suis et je vous donne juste le début de ce qu’elle a dit et disait que, comme elle, elle avait mal à la gorge il y a deux semaines. À partir du 20, vous êtes depuis plusieurs semaines, elle commençait à avoir une appréhension très forte, simplement de sortir et d’aller devant plusieurs fronts dans les transports, donc.

 

Et donc, au départ, je sentais que ça commençait à gratter et je me suis dit je tiens jusqu’à après la station, faut que je tienne jusqu’à la prochaine station. Je me suis concentré sur la respiration. Respiration 5 1 et 4 temps en 5 et après j’ai fait ma respiration alternée. 

 

Les autres, vous avez des remarques ?  Avant que je commence à développer le thème.

 

“Moi, j’ai remarqué mes pensées, moi. C’est-à dire que je ressasse moins des soucis, soit des pensées négatives.”

 

C’est une bonne chose. On va se conditionner profondément à imaginer des choses positives, à se sentir bien être focalisé. Donc naturellement, ça peut nous amener en effet à être moins dans les pensées qui tournent et notamment les pensées qui ne sont pas constructives. On va commencer ici notre thème est formellement. La première chose, c’est de comprendre quel est l’objectif de nos techniques. Je pense que la plupart d’entre vous l’avaient déjà appréhendé dans les semaines dernières. L’objectif de la technique, c’est d’atteindre un haut niveau de concentration. Si on veut résumer tout ce qu’on fait ensemble. C’est être concentré. Si on ne développait qu’une seule capacité de l’être humain, on prendrait sa capacité de concentration et on l’augmenterait au maximum d’une certaine façon, on a résolu un peu l’équation de la vie. L’intensité de la vie, la profondeur avec laquelle vous vivez les choses, l’impact que vous pouvez avoir sur votre quotidien à vous donner comme exemple, comme témoignage, je brille plus,  j’irradie plus quand je me sens bien autour de soi. Si on était capable de changer qu’une seule chose, si vous avez le petit génie avec La lampe d’Aladin, qui vous dit qu’est ce que qu’est ce que vous pouvez choisir en termes de capacités physiologiques ? Ma recommandation, c’est dire concentration maximale si la concentration était maximale. Notre vie change. La plupart des difficultés qu’on a au quotidien, quand on vous reproche de ne pas être assez performant, pas assez efficace, vous n’écoutez pas un ami qui est en train de vous parler ou vient d’un manque de présence et de concentration. L’objectif de toutes nos techniques. On a beaucoup de techniques. On va voir ensemble aujourd’hui qu’on a 8 groupes de technique pour les débutants. Vous en avez appréhendé entre quatre et cinq pour l’instant et dans sa globalité. Dans la DeRose Method , on a huit groupes de technique qui proviennent des origines de la méditation. On développera ça aussi ensemble au fur et à mesure de l’année. On a 8 groupes de technique, mais la finalité de toutes ces techniques, c’est de nous amener la dernière qu’on fait ensemble, que ce soit dans un cours de 30 minutes ou d’une heure. On est toujours à la fin de la technique de concentration et méditation.

L'objectif d'une technique

L’objectif de toute une technique, c’est créer les conditions idéales pour que vous soyez capable de vous concentrer parfaitement et de vous approcher de l’état de méditation. Pour avoir plus d’informations sur cette question en état de méditation, reprenez l’atelier il y a deux ou trois semaines qui s’appelle de la concentration à la méditation. Je donne les bases ici, mais je ne vais pas tout développer parce que c’est un atelier d’une heure sur ce sujet en particulier. Mais notre but ici, c’est d’atteindre un haut niveau de concentration pour qu’un moment donné, on soit plus dans les pensées, on soit plus en train de réfléchir sur le sujet, soit simplement présent. Et à partir du moment où on est présent, on n’est plus en train de réfléchir. On est plus en train de juger, on est plus conscient, on perçoit davantage de choses.

 

Aujourd’hui, dans le cours qu’on avait juste avant ici, juste avant notre atelier, je vous disais dans les techniques corporelles amenez votre attention chercher à ressentir le corps, commençons à percevoir la densité du corps. Ce qui se passe quand on amène la tension et qu’on est plus conscient les perceptions augmentent. Partout où vous menez votre attention. C’est comme si vous aviez une loupe, les perceptions augmentent. Si vous êtes concentré sur votre relation avec un ami, les perceptions de cette relation augmentent. Si vous êtes concentré sur votre travail, les perceptions que vous avez de votre travail augmentent, peu importe le sujet. On amène la tension, les perceptions augmentent naturellement. Quand on est très concentré et qu’on atteint, on vise cet état de méditation, on s’approche de cet état de méditation. L’idée, c’est d’augmenter votre conscience. On entend souvent ce mot expansion de la conscience. On ne sait pas trop à quoi ça correspond à notre niveau. Expansion de la conscience, c’est percevoir davantage de choses. Vous êtes tellement présent dans ce qu’on fait qu’on va ressentir davantage. Il y a tout un mécanisme précis dans la pratique presque scientifique pour nous amener à cet État, est ce que je vais vous décrire ici dans un premier temps ? Ensuite, on verra ensemble, comment nos techniques ? Quel impact ils vont avoir dans le quotidien et en fonction de ce que vous faites dans votre quotidien, comment ça va avoir un impact sur votre ressenti des techniques ?

 

Déjà, on va essayer de comprendre la structure de la technique dans un cours débutant. Vous avez. 4/5 Technique comme je vous le disais tout à l’heure, on a les techniques de respiration, les techniques corporelles, force, souplesse équilibre, technique de décontraction et les techniques de concentration à la fin. C’est les quatre premières techniques. On peut rajouter une cinquième ici, qui est la technique de purification, parfois dans le cours d’une heure. Dans le cours d’une heure en général, on fait aussi la technique de stimulation des organes à l’intérieur du ventre. On a plein de techniques différentes de purification. Et donc, là, vous avez découvert d’une certaine façon cinq techniques respiration, purification, technique corporelle, décontraction et concentration méditation. Comment est-ce qu’elle marche cette structure ? On va avoir toute une structure ici qui va nous amener à la dernière partie de la pratique.

 

Amener de la tension à l'intérieur de soi

Dans un premier temps, on commence par chercher a amené la tension à l’intérieur de soi. Comme si notre conscience en permanence ou nos sens étaient en permanence en capter des informations de l’extérieur. On va tourner la tension à l’intérieur de soi, on va essayer de se déconnecter un petit qu’à l’extérieur et tourner la tension à l’intérieur de soi et entrer dans un état de plus de tranquillité, plus d’intériorisation. Pour les débutants, comment est-ce qu’on fait ? On vous dit au début du cours amener la tension, fermez les yeux, concentrez vous. On va utiliser des artifices d’une certaine façon, quand le prof vous dit amenez l’attention sur la colonne vertébrale ou amenez l’attention sur votre corps décontracté le corps principalement ce qu’il est en train de faire, c’est essayer de vous amener déjà dans un état plus stable. Au-delà de ressentir la colonne qui intéresse en soi, ce qui est en train d’essayer de faire au début du cours, c’est d’amener déjà un état propice. Une fois qu’on passe aux cours intermédiaires, vous êtes dans les premiers mois dans le cours débutant et ensuite vous passez dans un cours intermédiaire dans le cours intermédiaire, là où vous avez l’ensemble des techniques.

 

Et cette même attention vers l’intérieur de soi va se traduire par deux techniques. Dans le cours intermédiaire, on donne le nom des techniques en sanskrit. C’est principalement de vivre les gestes comme vous le faites déjà les débutants. On essaie déjà de nous faire ressentir un petit peu. On va approfondir ce véhicule là et l’objectif des gestes et ensuite du podium, qui est l’expression de la gratitude, c’est de créer les conditions idéales pour votre pratique. Donc, c’est pour ça que j’ai presque de façon scientifique. Qui a vraiment, avec ces deux premières techniques, une introduction si vous voulez, on n’arrive pas et on commence directement. L’idéal, quand vous vivez quelque chose, c’est d’avoir un premier moment de connexion. Quand vous arrivez pour parler avec un ami ou parler, on ne va pas tout de suite rentrer dans le sujet qui fâche, par exemple au sujet profonds sur lesquels on a envie de parler, il y a une phase de connexion.

 

Même chose dans le business. Vous n’allez pas vous asseoir à table et commencez tout de suite. Allez, on parle business et on va prendre quelques minutes pour se poser, pour demander comment l’autre va, etc. Il y a cette intelligence d’une certaine façon dans la pratique, ce n’est pas arrivé tout de suite. Allez, on fait une technique corporelle, on fait une respiration, on a un temps d’introduction, on va se connecter à soi. En fonction de la qualité de cette connexion que vous allez créer dans les premières minutes, ça change complètement votre vécu du reste de la pratique. J’ai conscience que pour ceux qui débutent, je sais qu’ils sont encore dans les premiers cours, ce ne soit pas encore évident cette différence là, mais assez vite, vous allez le percevoir. En fonction de la qualité avec laquelle vous commencez votre pratique, si vous êtes vraiment capable d’amener l’attention, d’être présent. Toutes les autres techniques derrière vont être plus fortes. Chacune des techniques que vous faites après avoir une autre dimension, si vous même vous êtes plus stable, si vous êtes plus dans l’intériorisation, si vous êtes plus concentré.

 

Donc, on a cette introduction une fois qu’on a fait cette introduction,  on a trois ou quatre techniques de stimulation. On va avoir pour les débutants, comme je l’ai dit tout à l’heure, purifications, technique corporelle. Qui vont être nos deux grandes techniques et juste avant techniques de respiration, respiration, purification, technique corporelle. Dans le cours intermédiaire, on ajoute une technique encore avant qui est la technique de vocalisation qui vise en fait une purification, mais à un niveau plus subtil. On aura vocalisation, respiration, techniques de purification des organes à l’intérieur du ventre, notamment, et d’autres techniques corporelles. Vous avez un blog de 4 techniques qui vise principalement à développer votre potentiel, à stimuler le corps. C’est là que les choses sérieuses, entre guillemets, commencent. Le prof est varié. Que ce soit dans le cours des 30 minutes ou d’une heure, on a plein de possibilités différentes.

 

On peut jouer avec les différentes techniques, on donne certaines techniques corporelles, on donne la respiration. Vous remarquerez qu’à l’intérieur de toutes ces techniques là viennent des visualisations. J’ai pas séparée comme une technique à part entière parce que la visualisation est utilisée dans chacune des techniques. On a ce bloc ici au milieu de stimulations, principalement pour que vous soyez à la fois, comme je l’avais évoqué dans notre corps théorique, à la fois détendu et en même temps en pleine forme. Et une fois qu’on a fini ce bloc des 4 techniques au milieu. Intelligemment à nouveau, on a un temps à la fin pour assimiler tout ça, donc vient à ce moment là la décontraction. On voit qu’il y a un ordre précis dans les techniques. On peut jouer parfois dans certains cours. On inversera alors des techniques, mais dans cet ordre là, c’est extrêmement efficace. Stimulation, décontraction et une fois qu’on a fait tout ça, une fois qu’on a fait la décontraction, on revient à la décontraction et on est dans les conditions idéales pour faire nos exercices de concentration et méditation.

 

C’est la logique de la pratique qu’on va respecter quasiment tout le temps l’introduction, on amène attention en stimulant, stimulant, stimulant pour développer notre potentiel. On assimile tout ça avec décontraction et on utilise tout ça à la fin pour entraîner concentration et méditation.

 

Notre objectif, c’est d’entraîner dans la pratique un haut niveau de concentration. Mais un des objectifs principaux de tout ça, c’est d’amener cette technique là dans votre quotidien. Ce n’est pas de respirer de la façon idéale pour ensuite respirer la respiration très haute et très courte qu’on a au quotidien, ce n’est pas d’imaginer les choses de façon idéale dans la pratique. Pendant 30 minutes ou une heure on imagine qu’on est en pleine forme, on imagine qu’on est en pleine santé, on imagine qu’on est fort, on imagine qu’on a confiance en nous et après tout le reste de la journée dimanche, à moins que rien, je ne suis pas capable d’y arriver, ça ne va pas marcher. D’une certaine façon, on apprend à visualiser dans les 5 à 10 minutes pour ensuite visualiser de cette façon là dans le reste de la journée.

 

On apprend à créer des images mentales, on va utiliser ces images mentales de la même façon, exactement de la même façon dans votre quotidien. La seule différence, c’est que vous n’êtes pas assis avec les yeux fermés ou vous êtes pas en position de décontraction. Vous pouvez de la même façon projeter mentalement ce que vous souhaitez. Comment ce mécanisme va fonctionner ? Il va fonctionner de la façon suivante, on va rendre conscient un certain nombre de choses qui sont inconscientes pour les optimiser et qu’ensuite, inconsciemment, vous les utilisez.  L’idée, c’est que vous fassiez ça suffisamment de fois pour qu’un jour, inconsciemment, vous respirez. Il y a déjà de cette façon là, vous n’avez plus besoin d’y penser.

Comment bien respirer ?

Mon conseil à court terme, c’est, comme je le disais tout à l’heure, Valério, c’est d’y penser, justement d’avoir différents moments dans votre journée. Comment est-ce que je suis en train de respirer ? Une respiration plus profonde. Que ce ne soit devenu suffisamment automatique à un moment donné pour que au niveau neuro végétatif, au niveau inconscient, le fonctionnement du corps, ça se fasse naturellement. Donc, si votre respiration n’est pas encore complète, là, vous pouvez l’observer tout de suite sans la modifier. Il faut simplement s’entraîner le plus souvent possible pour qu’elle devienne complète, inconsciemment. Il y en n’a qui se disent, il y a du chemin à faire pour arriver jusqu’à cette respiration complète, inconsciente. C’est l’idée, en tout cas, même si vous ne faites pas une respiration complète totale, si vous passez de 5% respirations à déjà 10% respirations déjà deux fois plus ample au quotidien. La transformation sera déjà énorme. Ça ne s’arrête pas uniquement à la respiration. C’est valable pour l’ensemble des techniques. Si pendant le cours, on travaille la conscience corporelle et on va apprendre, par exemple, à avoir le dos droit.

 

L’idée, ce n’est pas que vous ayez le dos droit pendant les dix minutes du cours qu’après tout le reste de la journée, vous êtes complètement courbé, mais vous êtes tendu ou décontracté. L’idée, c’est d’utiliser toute cette conscience corporelle que vous avez développée dans le cours. L’idée est d’avoir cette conscience corporelle. On ne va pas l’appliquer stricto sensu si vous laissez pas toute la journée, dans quelle position je suis, je bouge plus, je ne vais pas devenir des psychopathes du développement personnel. Il faut rester tranquille. Tranquillement, à notre rythme, il faut que ça soit cohérent si vous voulez, avec ce que vous apprenez. Si à chaque cours, je vous dit, Hy Thuong et Diter vous disent mettez le dos droit, ressentez que la colonne est parfaitement droite. Pourquoi ne pas avoir le dos droit et la colonne droite dans votre vie quotidienne ? C’est là que ça va devenir intéressant parce que si vous voyez le nombre d’heures qu’il y a dans la journée, si vous faites que pendant cinq minutes, la bonne respiration, la bonne posture du terrain, ça va rester un impact, petit, conséquent malgré tout, dans tous les cas, ça va fonctionner.

 

Et petit, par rapport à ce comment vous pourriez en profiter si vous utilisez cette façon là de faire différentes choses dans votre vie quotidienne. Donc, d’une certaine façon, la pratique est là. Je fais référence à ma toute première professeure qu’Hélène a connue. Sonia nous disait toujours que la salle de pratique, c’est le laboratoire. Vous l’utilisez un peu comme on fait des expériences un peu avec soi pour voir ce qui va fonctionner, on amène la tension, on est très conscient pendant une demi heure, une heure. Mais l’idée du laboratoire, c’est d’appliquer derrière les choses la recherche appliquée pas de la recherche fondamentale. On fait de la recherche sur soi en essayant de découvrir des choses, de ressentir des choses et de ses que vous l’appliquez. Notre méthode, elle, s’applique en dehors de la salle de pratique et pas dans la salle de pratique on s’entraîne. L’application, c’est en dehors. Façon très simple respirer de façon plus profonde, visualiser de façon plus positive, décontractée, davantage votre corps, dos droit.

 

Je donne les exemples les plus palpables, les plus concrets, mais à un moment donné ou plus vous faites cette pratique, plus naturellement vous allez amener les choses dans votre quotidien. C’est prendre conscience qu’il est inconscient. Ce n’est pas seulement la respiration, mais les pensées. On l’avait vu la semaine dernière sur la visualisation. On n’avait vu que les pensées étaient profondément inconscientes. Souvenez-vous de l’exercice qu’on avait fait, par exemple pour visualiser, pour ne pas visualiser un éléphant rose, on a vu que c’était très difficile et qu’on avait du mal à guider nos pensées. Donc nos pensées sont profondément inconscientes. Là, on les rend conscientes pour apprendre à les optimiser. Pour qu’ensuite vous puissiez faire exactement la même chose dans votre quotidien. La technique de visualisation. Et peut être la technique la plus redoutable dans votre quotidien si vous voulez transformer les choses dans votre quotidien. Apprendre à visualiser, vous avez vu que je n’ai pas placé, j’ai dit qu’on avait 8 groupes de techniques, je n’ai pas placé la visualisation séparée. Elle s’utilise dans toutes les techniques.

La visualisation

On commence la respiration, on visualise les choses dans la respiration, on imagine qu’on capte de l’énergie, dans les techniques corporelles on imagine ce qu’on souhaite voir arriver et ainsi de suite. La technique de visualisation à partir du moment où vous l’utilisez dans votre quotidien. Là, pour le coup de tous nos élèves qui ont été un peu constants, qui ont répété des visualisation de façon fréquente, ont vu vraiment des résultats très rapides. Et l’idée, c’est qu’au bout d’un moment, ça devienne vraiment une habitude de la même façon qu’avec la respiration. Que tout ce que vous faites d’une certaine façon, vous le visualisez, vous l’imaginez de façon plus positive. Vous êtes en fait toute la journée en train de visualiser des choses, chaque instant de notre journée, on est en train de créer des images mentales, de créer une réalité mentale. Quand vous vivez quelque chose, vous êtes en train de vous le représenter mentalement. On n’est pas en contact direct avec la réalité, on est en contact avec la représentation qu’on a du réel. On a l’habitude de distinguer les formes, de mettre des mots sur les différentes choses, on se représente le réel. On est en permanence en train de créer des réalités mentales. Et à nouveau, en rendant conscient ce processus, vous pouvez l’optimiser, le développer pour l’utiliser. Et là, vous apprenez ça dans les cours utilisés autant que vous voulez, cette technique là. J’avais déjà donné cet exemple la semaine dernière, on a une réunion importante. Qu’est ce qu’on va visualiser avant cette réunion, pendant cette réunion? Répondez toujours à la question que vous avez posée la semaine dernière. Qu’est ce que je veux vous arriver ? Si vous savez ce que vous voulez, vous saurez quoi visualiser.

 

Il faut avoir conscience que votre visualisation, elle, a une certaine puissance, mais d’autres gens ont aussi leur puissance. Donc, si vous vous dites comme dans un match, par exemple un match de foot ou de tennis, ou de n’importe quoi, les deux équipes arrivent. Vous pouvez visualiser, mais vous avez. Si vous jouez à l’extérieur, vous avez 60 000 personnes autour de vous qui sont en train d’imaginer que vous allez perdre. Les deux forces se rencontrent. Une des deux va gagner.

La force de nos pensées

L’histoire raconte que dans les grandes batailles, Napoléon, avant une bataille avait l’habitude, à l’époque de Napoléon, de bénir et de bénir l’armée avant qu’elle parte au combat et à un moment donné, il y avait les deux armées, l’une face à l’autre, l’armée de Napoléon face à ses adversaires et les proches de Napoléon, à un moment donné, étaient un peu perplexes parce qu’ils voyaient l’autre armée se faire bénir aussi. Là, ils ont demandé à Napoléon Mais qu’est ce qui va se passer ? Ils sont bénis, non et bénis. Ce qui se passe est que Napoléon aurait une phrase célèbre qui en dit. “Dieu est du côté des grandes armées”

 

Il y a une force qui va se rencontrer mais c’est la force la plus puissante qui va gagner. C’est un peu la même chose sur cette question. Il faut éviter aussi de créer trop de visualisation dans le sens certitudes, justement qu’on va obtenir quelque chose avec les autres personnes. Par exemple, je vais, je ne sais pas, ça dépend. Ça dépend de l’autre personne visualiser de façon très forte, me dire je vais pas conquérir cette personne, je vais rester ou de façon très forte. C’est la même façon que dans les actes, les pensées, la façon dont les actes peuvent être intéressants ou pas très intéressants. Si dans les actes, on montre à l’autre que c’est nous qui décidons tout seul si on veut être avec nous passe par la meilleure façon de faire.

 

Du coup, dans les pensées, c’est la même chose. Dans les pensées, on peut dire je souhaiterais être avec elle, je souhaite que ça se passe bien, je souhaiterais que la rencontre se passe bien et que les deux aient envie. Sinon, on va créer les conditions idéales pour la visualisation, je vais obtenir ce truc là. Par contre, dans le travail, oui, vous pouvez dire je vais arriver, je vais arriver à être dans le sport à 200 mètres dans l’apnée, je vais arriver. Car vous pouvez faire la mentalisation de façon très franche avec l’autre, c’est plus subtil comme les actions.

 

Vous êtes en train de manger. Est ce que quand vous mangez ça, vous êtes déjà arrivé à penser que vous êtes en train de manger quelque chose de mauvais pour votre corps ? Je mange le truc, mais j’en prends juste un petit bout parce que je sais que c’est mauvais. Souvent, on crée cette mentalisation, on est en train de manger le gâteau ou la sucrerie ou le truc, on a appris qui nous fait du mal et on est déjà en train d’imaginer qui nous fait du mal.

 

Ou parfois, quand on est en mode, on cherche à perdre du poids. On mange en disant déjà ” Oh Mon Dieu, j’en prends un tout petit mot parce que ça va me faire grossir. Il y a déjà eu des pensées négatives en mangeant. Oui, ça vous dit quelque chose ? Et bien vous faites une double peine d’une certaine façon. Non seulement là où profiter un peu moins du gâteau que vous êtes en train de manger, si vous le dites, qui vous fait du mal, mais vous êtes en train de donner l’indication à votre corps de comment vous voulez qui réagissent. Et on avait vu la semaine dernière toute la force de l’impact que vont avoir les Français dans notre quotidien. Donc, c’est une forme. Pourquoi est-ce que je vous donne ces exemples très concrets du quotidien ? Parce que c’est ça qui peut se transformer grâce à votre entraînement de 30 minutes ou d’une heure. À partir du moment où vous avez appris à maîtriser de façon positive, quand vous allez vous prendre vous même à manger le gâteau et vous dire ça va me faire du mal.

 

Pouvez vous dire, ce gâteau va me faire du bien et va renforcer mes muscles et me sentir léger, frais, dispo quand je vais sortir. Si vous n’y croyez pas, ça ne marchera pas. Et si vous y croyez, ça va mieux marcher que si vous vous dites, je vais être lourd, ça va me faire du mal, etc. Vous remarquerez qu’il y a énormément de moments où on se positionne de façon négative. Exemple le soir, avant de se coucher et de se dire ah non, il me reste plus que tant d’heures à dormir, je vais me réveiller, ça va être horrible. On se conditionne déjà le soir à se dire qu’au réveil, on et donc quel message en plus on va, on va plonger dans l’inconscient.

 

Après tout le sommeil qu’on est en train de passer le message au corps, tu ne vas pas bien se reposer. Et quand on se prend à faire ça, on peut switcher, c’est à dire quelle est la même visualisation que dans mes 5 heures, je vais me détendre bien que je sois déjà assez en forme et vous pourriez éventuellement, si vous sentez vous savez, vous vous connaissez, vous savez que les 5 heures, ça ne suffit pas. Il ne faut pas se tromper non plus soi-même. Ça ne marche pas de dire que je vais être en pleine forme. Quand vous savez très bien que ce n’est pas le cas, mais vous pouvez orienter tout ça, vous dire OK, je vais déjà me reposer 5 heures et qu’est ce que je vais faire le lendemain pour me sentir bien ? Je vais me mettre un moment de décontraction. Je vais aller me balader au lieu de faire à nouveau à la double peine de dormir cinq heures. Vous dites vous même que ça va être horrible le matin, vous vous réveillez, c’est horrible et toute la journée s’enchaînent de cette façon là.

Rentrer dans l'inconscient pour reprogrammer

D’une certaine façon, en rentrant dans votre inconscient pour reprogrammer les choses, c’est comme si vous vous donniez la force, la capacité et le pouvoir de transformer votre quotidien. Comme si on accueillait le système d’une certaine façon, au lieu d’avoir les enchaînements qu’on a toujours l’habitude d’avoir, je pense ne va pas bien se passer, la journée commence mal. Très souvent, on entend des phrases comme aujourd’hui. C’est une mauvaise journée. Qui a déjà dit cette phrase ?

 

On a tous eu à des moments ce genre de phrase là, on est en train de conditionner que la journée est désastreuse. Comment est ce que je peux faire pour me sentir un peu mieux dans les heures qui restent dans la journée ? Une chose que vous pouvez faire très simple, très concrète pour jouer un petit peu avec ce mécanisme là, c’est vous êtes le pas le soir, vous avez fini votre journée. De poser à l’écrit comment est ce que vous souhaitez passer les deux heures et les trois heures parce que souvent on rentre en mode pilote automatique, on rentre du travail, on est épuisé et qu’est ce qu’on fait ? On appuie sur le bouton de la télé en mode lobotomisé. On est, on est encore plus fatigués ou moins contents qu’avant de lancer notre série ou notre film.

 

Je ne dis pas que je suis contre les séries ou les films, j’aime beaucoup. Mais c’est intéressant de se poser la question à quel moment on a vraiment envie de le faire ou à quel moment, c’est juste une sorte de palliatif à un état mental de dispersion. On est très dispersés, on est fatigué, on n’a pas trop envie de sentir d’une certaine façon le moment présent. Donc on prend, on se repose là dessus. Mais on sait très bien qu’en terminant les deux heures de série ou quoi que ce soit, on se sent pas mieux à la fin. Donc se poser la question à différents moments de la journée de Qu’est ce que vous souhaitez de façon très simple, prenez vous, écrivez moi qu’est ce que je souhaite des prochaines heures ? Est une façon de reprogrammer ça et de reconstruire son plan. On a vu des exemples de nouveau pour que vous ayez conscience que l’objectif de cette technique, c’est d’avoir un impact sur votre quotidien. Un impact vers quoi ? Vers plus de confiance, vers plus de lucidité.

Viser l'état de méditation

On vise dans les techniques l’état de méditation qui en état de conscience, de lucidité, de présence. On va essayer d’amener ça par différents ponts, pas en utilisant ces différentes techniques dans notre quotidien. C’est là qu’on va avoir un résultat vraiment intéressant. Avant que je développe dans l’autre sens, comment le quotidien va impacter la pratique. Dites moi si ça vous parle, tout ça, c’est concret si vous avez déjà des questions sur cette application dans le quotidien. 

 

Vous pouvez utiliser une autre technique dont je n’ai pas beaucoup parlé aujourd’hui. La technique de relaxation va vous aider. En effet, elle peut être utilisée juste avant de dormir et éventuellement se laisser rentrer dans l’état de sommeil. Et elle peut être utilisée aussi dans la journée pour recharger vos batteries. Les jours où vous êtes fatigué, une longue décontraction peut être excellente que changer complètement votre journée.

 

A nouveau, je vais répondre aussi un peu au sujet qui a été posé pendant la nuit, le moment où on n’arrive pas à dormir. C’est un peu la même chose que pendant la journée où on peut à nouveau passer une journée qui n’est pas agréable. Est ce qu’à un moment donné, on prend vraiment un temps pour faire un reset, pour se dire OK, je veux changer le cours de ma journée. Pour ma part, la relaxation dans ce sens là est extraordinaire. Si vraiment je me suis réveillée et que je suis fatiguée, que je ne me sens pas bien faire une longue relaxation, parfois dix minutes, parfois 20 minutes ou 30 minutes en général.

 

Ensuite, je vais faire d’autres techniques de respiration, différentes techniques que vous connaissez déjà tous. Et parfois, ça change vraiment complètement le destin, entre guillemets de ma journée. Pour la nuit, je pense que la même logique qu’il n’y a pas de miracle. Déjà, ça dépend un peu de ça dépend des causes pour lesquelles on n’arrive pas à dormir, mais avec la même logique fonctionne parfois très bien. Au lieu d’être dans le, comme l’a dit Mounia, dès le moment où on commence à se dire Je n’arrive pas à dormir, il y a le mouvement, il y a le fait de ne pas arriver à dormir et le monde se dit à soi même qu’on n’arrive pas à dormir et qu’on puisse éventuellement le lendemain, on doit ceci ou cela, c’est ça. C’est là qu’on commence à créer une espèce de boule de neige émotionnelle et c’est là que ça devient compliqué. Donc, en effet, une bonne stratégie pour éventuellement adopter celle qui a posé pour moi, elle fonctionne vraiment les jours où j’ai trop de choses dans la tête et je n’arrive pas à dormir.

 

Parfois, il vaut mieux que je prenne la décision, vraiment de me lever et de me dire ne être forcément de me lever et de rester dans le lit mais d’écrire vraiment, ce que j’ai dans la tête. À partir du moment où j’écris, ce que je ressens, pourquoi je suis préoccupé, etc. Quand c’est sorti de moi qui s’est posé à l’écrit, d’une certaine façon, on passe un message. On n’a plus besoin de traiter l’information. Donc, très souvent, notre cerveau continue à tourner parce que c’est comme s’il devait vous rappeler ce que vous devez faire, de vous rappeler que le sujet important est inquiétant et qu’il faut prendre une décision. Donc, le fait de se poser à l’extérieur de soi peut être excellent et après à nouveau, ce n’est pas magique parce que ça dépend des causes pour lesquelles vous n’arrivez pas à dormir. La respiration peut aider aussi à ralentir les pensées, à s’endormir, la relaxation peut aider. Pour certains, mettre en effet un enregistrement que vous avez sur notre site.

 

Vous avez plusieurs vidéos et audio de relaxation. Vous pouvez tester, ça marche assez bien. Peut être que d’autres, vous avez d’autres comme on a tous peut être vécu à différents moments de la vie, mais on n’arrivait pas à dormir. Vous avez peut-être d’autres astuces qui ont marché pour vous ?

 

Quand on principalement, on a besoin d’être rassuré, en fait, quand on est enfant pour dormir, mais c’est la même chose, on en a besoin quand on est adulte, c’est juste quand on se permet pas d’exprimer les choses de la même façon. Donc, on a ce travail de se rassurer soi même. Se rassurer soi-même, ça peut être en écrivant.

 

Pour ma part, il y a deux types de nuits,  il y a la nuit éventuellement, où je n’arrive pas à dormir et je suis fâché contre ça et il y a la nuit où je n’arrive pas à dormir et je suis content. Et là, c’est complètement différent. Je suis content. Le dimanche, c’est pas grave, le lendemain, ça se passe bien et le niveau de fatigue n’est pas le même d’ailleurs, parce qu’on peut rester dans le lit même si on ne s’endort pas complètement et se reposer et être dans un état correct. On est en pleine forme et correct le matin, où on peut être à nouveau dans un état catastrophique parce que d’une certaine façon, on a lutté contre ça, comme dans les techniques corporelles ou faites une position.

Transformation de la mentalisation

 

Elle est dure et vous pouvez être en lutte contre l’effort physique. Quand est ce qu’on reviendra ? Quand est ce qu’on revient ? C’est difficile, c’est difficile. Dans les techniques corporelles, on apprend à faire ce travail, on apprend à faire ce travail à nouveau de transformation de la mentalisation. Je suis dedans. Qu’est ce que je souhaite voir arriver ? Quel plaisir je vais réussir à apprendre dans la technique ? Et on est en train d’entraîner la gestion des émotions. Vous allez avoir besoin exactement de la même chose dans votre quotidien.  Mais c’est intéressant de poser des mots dessus et de partager ce genre d’expérience parce qu’au moment où ça revient à nouveau, on a plus de ressources.

 

Pour moi, ça marche très bien. Si je sens que j’arrive pas déjà, je me suis couché trop tard. Je me décale, moi, après avoir la possibilité de le faire. Ça dépend si vous vous êtes salarié déjà ou entrepreneur, mais dans mon cas, je décale, même si d’ailleurs, même si je ne vais pas me réveiller à l’heure du réveil mais je m’enlève la pression du réveil et le fait de s’enlever la pression, de s’enlever la pression fait de se rassurer soi même. 

 

C’est un peu l’astuce qu’on donne en termes d’image, de contrôle et de compter les moutons aussi, c’est-à-dire quand on amène finalement tout le problème, c’est que les pensées sont inquiètes. Elles sont turbulentes, on les amène dans une direction où elles arrivent à se calmer. C’est un peu la même logique ici.

 

 Là, on parle beaucoup de mots. Il y a quand même encore un autre qui sait faire un effort physique, faire un effort physique. En effet, ça va changer beaucoup la qualité du sommeil. 

 

La question de comment notre quotidien, à l’inverse, va avoir un impact sur la façon dont on vit les techniques.

 

Ce qui va être extrêmement intéressant, c’est que vous allez commencer à percevoir que, d’un jour à l’autre, votre pratique n’est pas du tout la même. Même si le contenu est exactement le même, c’est le même prof, il donne les mêmes techniques et vous, vous arrivez dans la pratique et votre ressenti de la pratique n’est pas la même.

 

Si vous avez une bonne régularité dans les cours, vous allez commencer à ressentir ça, vous allez voir qu’un jour vous le cours est merveilleux. Tout se passe de la façon la plus parfaite possible, vous ressentez l’air qui rentre dans vos voies respiratoires. C’est une merveille. Et un autre jour, vous arrivez dans le cours et vous êtes dispersés, comme on décrivait un petit peu dans la nuit. Il y a beaucoup de pensées. Vous n’êtes pas présents, vous n’êtes pas concentré, c’est difficile. Et en fait, de la façon dont vous vivez au quotidien, les différentes choses que vous faites au quotidien vont avoir un impact énorme sur la pratique elle-même dans la pratique. Nos techniques vont nous amener à avoir un impact sur le quotidien, à transformer notre quotidien vers plus de lucidité, plus de conscience, plus d’attention.

 

Mais plus vous mettez en place des éléments dans votre quotidien qui font ou vous sentez bien que vous êtes attentifs, vous êtes lucides, vous êtes conscient. Plus la réciproque est vraie. Ça m’arrive que les gens me disent j’adore, ils font le premier cours et ile me dit “J’adore le cours” il y en a un autre à côté, il a fait son premier cours et il à pas aimé le cours. Principalement, ça vient de ce facteur là, c’est ce qu’on est déjà en train de travailler ça de façon presque naturelle.

 

D’une certaine façon, c’est quelque chose qu’on a déjà cultivé depuis longtemps. Au moment où on doit le mobiliser, c’est agréable. Et donc plus vous ou d’une certaine façon, vivez alignés avec cette idée là d’avoir plus de conscience, plus de présence dans votre quotidien, plus ça va être facile dans les cours, plus vous allez en profiter, plus vous allez prendre du plaisir.

 

Un des exemples les plus forts de ça, c’est la qualité de la gestion de vos émotions et la qualité des relations humaines que vous avez au quotidien. Si on doit prendre un élément où le bât blesse en général en termes de lucidité et de niveau de conscience, c’est les disputes qu’on a. Vous pouvez faire un travail merveilleux avec nous, de respiration, de concentration, techniques de purification. Tout est parfait. Vous sortez du cours, vous êtes presque en train de léviter, vous êtes sur un petit nuage, vous sentez que vous êtes léger, vous vous avez fait la visualisation, que tout va bien, que vous êtes vraiment au top top de votre potentiel et vous sortez du cours, vous marchez dans la rue, quelqu’un vous bouscule et vous commencez à agresser cette personne. Tout ce travail là en une fraction de seconde est complètement détruit. Donc, en fonction de comment on gère nos relations humaines. Vous vous faites un travail de conscience, de lucidité, mais que votre comportement est en désaccord avec ça. Mais c’est comme si, à chaque fois, à chaque fois, on revenait au même niveau.

 

D’une certaine façon, nos techniques ne fonctionnent pas. C’est le scoop. La soirée ne fonctionne pas, si on n’a pas un travail d’attention quotidien, de la qualité de notre comportement. Si tous les jours, vous avez l’habitude de vous énerver et de vous disputer, vous pouvez faire dix ans d’entraînement, de méditation, l’effet sera relativement faible.

 

Dans la pratique, on est en chemin pour arriver vers ça et pour accélérer le chemin. Justement, là, on va essayer d’adopter le comportement de l’arrivée pour accélérer cet apprentissage. Si on cherche pas, si on n’a pas cette envie, cette volonté d’avoir une qualité de comportement au quotidien parce qu’il y a pour certaines personnes, ce n’est pas l’objectif. Donc, si ce n’est pas un objectif en particulier, on a beau stimuler, développer ça. Si tu veux, c’est comme si, à travers la technique, tu développes son potentiel. Mais tu développes aussi ce que tu as envie de développer aussi. Ça ne force pas le développement. C’est pas parce que tu fais cette technique que tu vas devenir gentil si tu veux ou ce n’est pas parce que peu importe ce que tu veux et ce n’est pas la personne qui est très méchant, il va pas devenir très gentil avec ça. Même elle peut devenir peut être plus méchante parce qu’elle est plus concentrée et plus présente.

 

Cette transformation, il faut qu’il y ait une intention aussi dans la qualité du comportement. Et c’est pour ça que nos cours théoriques sont importants ou on met en perspective pour comprendre vraiment la profondeur de son utilisation et l’appliquer vraiment au quotidien.

 

Dans ce sens-là, c’est un entraînement, il n’y a pas de magie, il n’y a pas de grand speech qu’on va faire ensemble à partir de demain. Ne vous disputez plus avec vos collègues. Ça ne fonctionne pas du tout de cette façon-là. Ça va être un entraînement de la même façon qu’on entraîne une technique respiratoire. On va s’entraîner au quotidien, on va avoir des comportements qu’on souhaite pas avoir. On va discuter encore avec et on va s’entraîner de la même façon qu’on entraîne à respirer de façon plus profonde. On va s’entraîner progressivement à avoir un comportement qui est plus en adéquation avec ce que l’on souhaite.

 

C’est un ensemble de choses dans votre quotidien. Vous allez voir aussi que la façon dont vous êtes alimentée a un impact sur la pratique. Si vous mangez une grosse pizza juste avant le cours de midi, par exemple, ou si vous êtes en décalage horaire comme c’est le cas d’Hélène. Le repas avant le ce n’est pas une pratique pour calculer le nombre d’heures, mais si vous mangez une pizza juste avant la pratique, la pratique n’est pas du tout la même.

 

Plus vous êtes attentif à votre corps, plus vous arrivez à vous indiquer aussi ce qui est bon pour lui et ce dont il a envie. Mais ça reste quand il faut en avoir envie. Certes, tu peux derrière cette sensation, mais c’est pas grave. Ce travail là donne plus de sensibilité à ton corps, tu vas devoir le refaire au cours d’après. Et encore, au cours d’après. C’est très naturel en effet, que après un certain nombre de mois de pratique, les gens s’arrêtent de fumer, par exemple, ou réduisent leur consommation d’alcool ou autre d’autres choses que je sais qu’auparavant, ils n’avaient pas forcément conscience de l’impact que ça avait sur leur corps. Quand vous commencez à avoir plus de conscience et de perception, ce que ça a sur votre corps, ça peut transformer certaines choses de votre quotidien.

 

Mais à nouveau uniquement ce que vous voulez. C’est pas des choses ou c’est vous qui, progressivement, exprimez différemment un niveau de perception ou conscience de votre corps.

 

Quand on mange juste avant, on est en train de digérer quand on est en train de digérer mais on ne va pas profiter du tout pareil de la pratique. Ça, c’est vrai, mais ça va plus loin encore que ça, vous allez vous rendre compte à certains moments que le fait de manger lourd le soir, votre pratique du lendemain matin n’est pas la même. Donc, tout ça, en fait, vous voyez, je vous donne des exemples très concrets, mais c’est progressivement vous jouez en fait entre les deux. Vous voyez que la pratique, comme je le disais, transforme notre État et tout le début de notre atelier d’aujourd’hui était de voir comment est ce qu’on va amener cette technique dans le quotidien. Vous allez vous rendre compte qu’un certain nombre d’habitudes ou d’interactions que vous vivez au quotidien vont transformer de façon très forte, la façon dont vous profitez des techniques.

 

Notamment, si vous devez en prendre un des concepts dans toute la partie vie quotidienne, les relations humaines est sans aucun doute le point qui fait qu’on peut se sentir extrêmement bien si on est bien entouré, si on a des bons liens, etc. Du coup, nos pratiques sont excellentes et à l’inverse, le jour où on s’est disputé, le jour où on est énervé contre quelque chose, tout devient extrêmement difficile. Rappelez vous qu’on veut atteindre un niveau de concentration très élevé. Il vous suffit d’observer dans votre quotidien quels sont les éléments qui vous amènent à un niveau de concentration beaucoup plus faible, en d’autres termes à être dispersé, énervement, tristesse, disputes, etc.

 

Les deux vont former les piliers du travail qu’on peut faire ensemble. Les piliers techniques physiologiques, travail régulier et ensuite un travail de connaissance de soi et de conscience dans le quotidien pour mettre en place les techniques dans le quotidien et mettre en place un comportement plus élégant, plus raffiné. C’est pour ça que j’avais donné le titre de genre méditation, conscience et connaissance de soi. Plus vous êtes présent, plus vous allez être conscient et plus vous allez apprendre à vous connaître.

 

Et le fait de vous connaître vous donne la possibilité d’avoir un comportement plus en adéquation avec ce que vous souhaitez. C’est d’une certaine façon construire ce que vous avez envie déjà d’être, mais en vous avez ici plus d’outils. Parce que plus de conscience, plus de conscience, plus de visualisation, plus de présence dans ce que vous faites qui vous donne la possibilité de transformer un certain nombre de choses dans votre quotidien. 

 

A bientôt

14 jours offerts 

Vidéos Similaires

Contidions d'utilisation

CONDITIONS D'UTILISATION

Je comprends et accepte la procédure d’admission de cette entreprise à laquelle je postule. Je sais que ma demande d’inscription sera soumise à l’approbation du directeur et j’accepte de respecter toute décision prise. Je comprends que pour participer aux activités de DeRose Meditation, je dois être en bonne santé physique et mentale. Je ne dois pas avoir d’incapacité, de déficience, de blessure ou de maladie m’empêchant de faire de l’exercice (actif ou passif) ou qui entraînerait un risque de blessure ou des problèmes de santé suite à la participation aux activités de quelque manière que ce soit.

Je comprends et déclare également que je ne porte aucun problème psychologique, psychiatrique ou neurologique. Il est de ma responsabilité d’informer le directeur de DeRose Meditation de tout changement dans mon état de santé, même temporaire. En participant à toute activité de DeRose Meditation, j’exonère automatiquement de responsabilité cette entité, ses instructeurs, son directeur et en particulier le professeur DeRose, qui n’a aucune affiliation administrative, financière ou autre avec cette entité. Je suis conscient que cette entité est un centre culturel, pas une salle de sport, et ne travaille donc pas avec l’éducation physique ou les activités sportives.

Je comprends et accepte la procédure d’admission de cette entreprise à laquelle je postule. Je sais que ma demande d’inscription sera soumise à l’approbation du directeur et j’accepte de respecter toute décision prise. Je comprends que pour participer aux activités de DeRose Meditation, je dois être en bonne santé physique et mentale. Je ne dois pas avoir d’incapacité, de déficience, de blessure ou de maladie m’empêchant de faire de l’exercice (actif ou passif) ou qui entraînerait un risque de blessure ou des problèmes de santé suite à la participation aux activités de quelque manière que ce soit.

Je comprends et déclare également que je ne porte aucun problème psychologique, psychiatrique ou neurologique. Il est de ma responsabilité d’informer le directeur de DeRose Meditation de tout changement dans mon état de santé, même temporaire. En participant à toute activité de DeRose Meditation, j’exonère automatiquement de responsabilité cette entité, ses instructeurs, son directeur et en particulier le professeur DeRose, qui n’a aucune affiliation administrative, financière ou autre avec cette entité. Je suis conscient que cette entité est un centre culturel, pas une salle de sport, et ne travaille donc pas avec l’éducation physique ou les activités sportives.

Whatsapp
Besoin d'aide ?
Salut moi c'est Jonathan ! :)
Est-ce que je peux t'aider ?